Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 19:44

Aimer une ville, un ami, ses enfants ou la femme de sa vie, c'est profondément pareil – malgré les nuances du verbe  aimer , malgré les précautions oratoires que j'aurais dû prendre en parlant d'  un  ami, de  la femme de sa vie … zut, là n'est pas mon propos. On commence par aimer ce que tout le monde pourrait percevoir et apprécier : de beaux yeux, un caractère agréable, trois étoiles dans les guides… on ne continue que par ce qu'on découvre soi-même, que nul ne signale, on ne le découvre que si on le voit, on ne le voit que si on ne refuse pas de le voir. Recevoir ce qui vient au lieu d'attendre à toute force, de cette attente qui exige, l'attraction sensationnelle, le mot d'esprit brillant ou le câlin inédit. Tant de gens se déclarent déçus qui ne sont que décevants. On parle d'un paysage qui  s'offre au regard , sait-on toujours lui offrir son regard, son attention, son temps ?

Philosophique préambule… Un soir dernier, une correspondance de métro (comme c'est romantique) me faisait marcher de la gare d'Austerlitz à celle de Lyon par le pont Charles-de-Gaulle (comme c'est noble), il faisait nuit et un froid de canard (comme c'est sensuel), je trimballais mon appareil photo (parce qu'on ne sait jamais – précepte essentiel).

À l'entrée du pont j'ai aperçu la tour de la gare sur l'autre berge, entre les immeubles de bureaux – paysage qui d'habitude me met mal à l'aise. L'horloge de la gare brillait, se reflétait en fausse lune sur les immeubles… j'ai pris le temps et une photo, que voici.

Gare de Lyon la nuit, vue de la gare d'Austerlitz - Paris

La photo agrandie (1024 pixels).

La photo réduite .

par Malgré tout - dans Prétextes
commenter cet article

commentaires

Nadine 16/12/2008 20:15

Chouette photo avec l'horloge mystérieuse toute ronde, et tous ces carrés autour.
J'aime de plus en plus les photos de nuit !
Bonne soirée,

Malgré tout 16/12/2008 20:52


Merci merci ! Moi aussi j'aime les photos nocturnes, je crois que je vais faire un 'tit truc pour les amateurs :)


Anna 15/12/2008 18:46

Ta photo est jolie, même si je n'aime pas trop ce qu'elle représente. (pas sûre que ce soit bien cohérent, mais bon...)

Malgré tout 15/12/2008 22:18


Mais siiiii, ça cohère très bien !
Tu peux même certainement en tirer une rumination de belle allure sur le Beau, le Vrai, le Monde et la Conscience (j'ai oublié quelqu'un, là ?)
A plus petite échelle tu peux relever les différences et les points communs entre ce paysage vu de jour et le même vu de nuit : de jour on remarque surtout les tours de bureaux et presque personne,
de nuit, les seules constructions perceptibles sont la tour de la gare et le pont qui y mène, pris dans un nuage de cases lumineuses chacune habitée par une silhouette. Partant de là, chercher le
lien avec la différence des impressions produites... il y a matière à réflexion là aussi.


mebahel 13/12/2008 16:12

Quand j'ai vu la photo, la première fois, (heu.. hier? avant hier? je me perds pour cause de nez dans le guidon) j'ai pensé immédiatement: rho... kesskeucé géométrique les grandes villes.
Ben je le repense, là.
C'est tjs pareil: les ronds se questionnent sur les lignes et réciproquement.

Malgre tout 14/12/2008 11:03


Ouais...les ronds et les lignes, ça résume beaucoup de choses ;-)


Rolvel 13/12/2008 10:26

Le préambule...!!!
Il y a bien longtemps que je ne me suis pas promené de nuit dans Paris. Ca me retaraude ...Y aurait-il tout de même différents niveaux dans l'amour de ce(ux) qui nous entoure(nt)?
En tout cas cette vue de l'horloge de la gare de lyon me plait.
Bon week-end!

Malgre tout 13/12/2008 11:19


Ben quoi, le préambule ? ? (fausse candeur garantie grand teint) :-)
Ces jours-ci, les promenades de nuit commencent autour de 18h00 à tout casser, faut pas croire ! La photo, forcément très contrastée (et encore, j'ai un peu retouché), ne permet pas de lire l'heure
à l'horloge, mais on le pouvait très bien : il devait être à peine sept heures du soir. Le plus délicat est alors de trouver un point d'appui convenable : la demi-seconde à main levée, c'est quand
même limite


Archives