Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 23:35

La rue Bonaparte, anciennement  des Petits-Augustins  et parallèle à celle  des Grands-Augustins , va du Luxembourg à la Seine en passant par l'église de Saint-Germain-des-Prés. Elle est en plein dans le quartier des galeries d'art, plutôt du contemporain ou de l'ethnique, j'y promène ma curiosité de profane avec gourmandise, tantôt atterré, tantôt amusé, parfois saisi.

Je cherche encore un adjectif pour ce que j'y ai vu l'autre soir :

Exposition Charly Leborgne, novembre 2008, rue Bonaparte Paris VI

Une pleine vitrine de Meccano, quarante ans effacés d'un coup ! (même restée vivace, mon enfance commence à vieillir). Voilà la plaque numéro 189, la plaque de base numéro 52, la bande épaulée 90a en quart de cercle (à ne pas confondre avec la 215, autre quart de cercle mais pris dans la paroi du cylindre, pas dans le disque transversal). Et là, bien rouge, cette bonne vieille embase triangulée plate 126a et sa cousine triangulée coudée, numéro 126 comme chacun sait. Le tout-venant des écrous (37b) et boulons (37a) naturellement mais aussi le boulon 111c de 9,5 mm, si confortable pour faire un contre-écrou. La poulie 22a et son pneu assorti (tiens ? j'ai oublié le numéro), la grande roue 20 (ou bien 20a ?), la très grande roue 19a et ses huit rayons de trous. Si on m'avait dit que je me souviendrais de tout ça…

J'étais déjà, depuis mes 4 ou 5 ans, intoxiqué au Lego qui venait d'apparaître en France : uniquement des briques rectangulaires, rouges et blanches dans des boîtes plates de carton bleu. Progressivement allaient apparaître d'autres pièces : des tuiles, des fenêtres, des roues, des plaques d'un tiers de hauteur… d'autres couleurs aussi et un très ingénieux système de toutes petites boîtes complémentaires, contenant dix ou douze pièces d'un même type, parfaites pour de petits cadeaux et moins nocives pour les dents qu'un paquet de bonbons (fils de stomatologiste, fallait pas plaisanter avec ça). Les frustes mioches de cette époque arriérée n'éprouvaient nul besoin de robots à transformations, on se contentait de construire des maisons et des voitures ou bien, avec assez de briques et de plaques, des quartiers plantés d'arbres. On improvisait, aussi. Sans doute venus du palais royal de Copenhague, un grenadier et sa guérite construits et démolis dix ou douze fois m'avaient livré tous leurs secrets. La dernière fois, pour qu'il fasse sa ronde correctement, j'avais imaginé de monter le grenadier sur un rail : grosse impression sur la maîtresse de maternelle…

Ce que voyant (et d'autres prodiges dont un phare télescopique (!) ), mon papa, ancien adepte du Meccano, avait dû flairer que ça me plairait. À cette époque le Meccano était disponible en 11 boîtes, numérotées de 0 à 10. Ma première boîte, pour le Noël de mes 6 ou 7 ans, devait être la 1, les exploits en Lego justifiant de sauter les premiers échelons. Installé sur le tapis du salon, là où poussent les sapins, je m'étais prudemment attaqué à la construction du premier modèle de la première page du manuel, un acrobate que je revois encore. Après un bon début j'avais calé sur les contre-écrous. Vacheries ! Le gamin de 55 ans s'était alors installé sur le tapis à côté de l'apprenti de 6 et lui avait expliqué les coups de main de base, lui faisant victorieusement franchir l'obstacle. La leçon avait été féconde, je n'ai plus eu besoin de son assistance ensuite – mais quel plaisir de discuter entre experts de tel ou tel assemblage délicat…

Ça a duré des années. Il y avait 11 boîtes, je l'ai dit, chacune contenant toutes les pièces des boîtes inférieures. Il y avait aussi des boîtes complémentaires, ajoutant à une boîte les pièces qui lui manquaient pour passer à la suivante : Noël suivant apporta la boîte 1A qui me mettait à la tête de l'équivalent d'une boîte 2, et ainsi de suite, Noël après Noël. L'année d'hôpital suspendit la séquence, le bachot et l'entrée en prépa l'interrompirent définitivement – ben oui, je faisais encore du Meccano à 16 ans, et alors ? Tant et si bien que je n'ai jamais dépassé la boîte 8 (ou 9 ?) ce qui reste une tragédie douloureuse.

Personnage en Meccano

Quelque fournis qu'eussent été les manuels, ils ne pouvaient m'occuper toute une année, donc là aussi j'inventais – soucieux de ne pas renier mes premières amours j'ai même tenté d'hybrider Lego et Meccano mais c'étaient deux mondes trop différents. En veine de cuistrerie j'eusse pu disserter sur deux paradigmes ludiques inconciliables, sur l'aporie de la brique et du boulon… mais il y avait mieux à faire. Mon Graal personnel était de construire un personnage capable de marcher, mon père ayant évoqué cette merveille vue lors d'un concours de Meccano tels qu'on en organisait à son époque, me disait-il. Je n'y suis jamais parvenu, mais j'y ai pensé très fort l'autre soir, devant cette galerie d'art de la rue Bonaparte. Satisfaction mesquine, ce grand bonhomme de cornières (1a) et de longrines ne marchait pas, il ne bougeait même pas. Mais n'est-il pas attendrissant ? Avec son nœud papillon rouge et bleu (embase triangulée plate 126a, plaques triangulaires 221 – ou 221a ?), avec une roue pour chaîne Galle (numéro oublié, je l'utilisais assez peu) en guise d'œillet à sa boutonnière, et tenant une fleur faite des mêmes plaques 221, vissées sur une roue barillet 24 fixée au bout de ce qui doit être une tringle 16 ? Raahh… j'aperçois même des pièces qu'on ne trouvait que dans la boîte 10 ! Enflure d'artiste ! Oh pardon, ça m'a échappé – n'allez pas croire, mon lexique habituel est plus châtié.

Bon, si j'allais faire un tour du côté des vitrines de Noël des grands magasins, sur le boulevard Haussmann ?


Le constructeur est aussi photographe, il a son site Web mais on n'y trouve pas un seul bout de métal peint et perforé. Grand timide, va.

par Malgré tout - dans Exceptions
commenter cet article

commentaires

Jane 08/09/2010 10:20


le temps passe et les mécano change.
Mon fils du milieu adore !


Malgré tout 08/09/2010 22:05



Il a bon goût, ce garçon. Faites passer !



Grenadine 29/12/2008 21:34

Mon frère ne les quittait pas.
Je te souhaite une excellente année 2009
Bisous
Grenadine

Malgré tout 12/01/2009 00:20


Encore un intoxiqué -  m'étonne pas, c'est très addictif !
Bonne année en retour


DBardel 12/12/2008 00:04

Oh oui, oh oui, une après-midi régressive ! Je m'inscris !

Malgré tout 12/12/2008 17:01


Jeeee note


Claudine 11/12/2008 12:48

Quel luxe de précisions dans ta mémoire ! ;-)

Malgre tout 11/12/2008 14:03



J'ai été le premier surpris de cette remontée de souvenirs et de numéros - comme quoi c'était bien gravé :)



rififi 10/12/2008 07:05

j'ai toujours voulu avoir des mecanos...
et j'en ai jamais eu ;-(
il ne me restait que quelques miettes de ceux de mes frères, à peine 2 ou 3 vis et quelques plaques. c'est pô juste !

Malgré tout 10/12/2008 17:53


Vouais, c'est pô juste.
A vous lire, c'est dur d'être une fille et d'aimer les jeux de construction - note que si j'avais organisé des défilés de mode avec les poupées de ma frangine... ?
Bon, en tout cas j'ai compris : penser à remonter le stock à la prochaine occasion et organiser une grande après-midi régressive (avec goûter).


DBardel 10/12/2008 01:45

Ah, toi aussi tu bouffais les Lego ? Je me souviens que, dans ma collection personnelle, certains étaient effectivement très tendres. Ou alors peut-être que j'avais déjà la dent dure.

Le Meccano, figure-toi, c'est un douloureux souvenir. Une grande souffrance. J'avais moi aussi un père dingue de Meccano. Il ne me laissait jamais jouer tranquille. Je crois qu'en fait, ceux que j'avais reçus à Noël n'avaient été achetés que pour lui.

J'ai fait ça, moi aussi, plus tard, en offrant à mon fils de cinq ans à peine un super circuit de voitures de course avec DEUX loopings. Et j'ai récidivé un an plus tard avec un super circuit de chemin de fer, plein de rails et d'aiguillages. Mais le sale môme a tout abîmé les circuits : je lui avais dit, pourtant, qu'il fallait laisser faire Maman, que lui était encore trop petit.

Les Meccano, mon père finalement les a définitivement réquisitionnés. Les Lego aussi, d'ailleurs. Et lui, il a réussi à allier les deux. Il s'était mis en tête de faire de la macrophotographie avec des petits bouts de papier qu'il collait pour ensuite les photographier et produire des images abstraites qui semblaient beaucoup l'amuser. Il avait fabriqué avec MES Meccano et MES Lego un rail sur lequel il posait son appareil, avec des poulies et des machins pour actionner le soufflet en accordéon monté entre le boîtier et l'objectif, et encore un autre système réglable en hauteur/largeur/profondeur destiné à soutenir le collage à photographier. C'était un truc immense qui devait bien faire 1,50 mètre de long. Je ne sais pas à quoi il passait le plus de temps : perfectionner son jouet, faire ses collages minuscules ou prendre les photos.

Malgré tout 10/12/2008 17:48


Bouffer les Lego ? Non mais ça va pas ? :-D J'ai défait plus d'un assemblage récalcitrant (les petites plaques minces qui tiennent beaucoup trop bien) à coups d'incisives lorsque je n'avais plus
d'ongles, mais ça n'allait pas plus loin....


Archives