Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 00:01

Article légèrement monomaniaque – j'assume !


La RATePeu est en train de rénover de fond en comble (si l'on ose dire, pour des ouvrages souterrains…) sa plus ancienne ligne, la 1 (sont pas compliqués, les ératépistes : les numéros suivent l'ordre de mise en service de la ligne). Plus beau plus clair plus tout… on l'explique dans tous les coins des stations.

Surtout, cette rénovation accompagne le passage au métro sans conducteur, comme sur la ligne 14. Il y aura évidemment du changement dans les rames, dans les divers locaux techniques, mais aussi sur les quais des stations.

On va installer des parois vitrées et des portes automatiques le long des rails. Ce sera beau comme un centre commercial. Du boulot en plus pour les services d'entretien, des suicides en moins (pardon : de  graves incidents voyageur ) en moins pour les statistiques. Il paraît que tout conducteur de métro assiste à ça au moins une fois dans sa carrière – rude métier.

Et l'autre jour, au moment de sortir de  Porte de Vincennes , station que vous avez déjà vue ici, je me demandais ce que deviendrait ce paysage si particulier. Ce long, vaste et souvent désert tube elliptique, maintenant débarrassé de ses peaux de publicité, je l'aime bien. Chaque fois que j'en monte l'escalier, et si j'ai un peu de temps, je ne peux m'empêcher de me retourner, d'aller le long des perspectives et de revenir en suivant le tournoiement des spirales du carrelage.

Si vous connaissez le métro parisien vous avez peut-être remarqué que ce carrelage n'est pas du modèle habituel. Plus longs et plus étroits, moins lumineux et sans chanfrein, ses carreaux sont d'origine – de 1900, donc. Je ne suis pas inquiet pour lui, il restera en place. Mais que deviendra le coup d'œil, une fois divisé ? Nous verrons bien.

À tout hasard en voici donc un souvenir.

Métro Porte de Vincennes

Dans cinquante ans cette photo vaudra très cher, ma retraite est assurée ! (ou, au moins, mes funérailles).

par Malgré tout - dans Prétextes
commenter cet article

commentaires

Ardalia 10/03/2010 14:18


Merci pour le "chanfrein". Personne n'a su me donner ce nom quand j'essayais d'expliquer que dans mon appartement, les joints entre les carreaux ne remontent pas sur le chanfrein, mais restent très
creux. Une méthode assez courante, quoique peu hygiénique, dans les cabinets médicaux et sans doute dans la région.
Ce billet de bout de ligne me rappelle ces sondages qui montrent que les terminus de métro sont les stations qui génèrent le plus d'angoisse chez les usagers, alors que les statistiques montrent,
elles, que le plus grand danger frappe aux lieux d'affluence, de pauvreté, de richesse et... au hasard des occasions. En bout de ligne, il y a peu de monde et donc peu de prédateurs.


Malgré tout 11/03/2010 00:08


Chanfrein : de rien :-) et, de plus, je trouve le mot joli.
Intéressantes, tes remarques sur le risque réel et imaginé. Je me demande ce qu'il en est de cette station qui a été un terminus (de là ses dimensions) mais ne l'est plus (de là sa faible
fréquentation)... Je me demande aussi si l'on a étudié l'effet sur l'usager de voir (cas général) ou pas (comme ici) le quai d'en face : inquiétant ? rassurant ? oppressant ? Petites choses, mais
un thésard s'est sûrement déjà penché dessus !


Anna 10/03/2010 09:31


Ça... Le métro sans chauffeur est plus confortable (on n'a que ça, à Lille) et les parois évitent suicides et accidents, mais manque sans doute de charme, et, j'imagine, détruit des emplois.
Encore que, chez nous, on ait des "agents d'ambiance" (je ne suis pas sûre du nom) avec des gilets oranges, sensés rassurer les gens et répondre aux questions. A ne pas confondre avec les
contrôleurs, qui ont une veste verte. Et les daltoniens, me direz-vous ? Fort heureusement, les agents d'ambiance ont "ambiance" écrit sur le dos du gilet orange, les contrôleurs rien du tout sur
leur veste verte. Il suffit donc de crier "oh, derrière vous, une girafe !" pour savoir à qui on a affaire. Simple, non ?


Malgré tout 10/03/2010 13:42


Ha je comprends...
Le contrôleur demande son ticket à la girafe alors que l'agent d'ambiance lui indique le couloir à prendre. C'est pas ça ? ?


Archives