Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 18:41
(que les mânes de Rilke veuillent bien me pardonner cet emprunt déplorable)

Mam'zelle est en voyage dans un pays lointain – car hors de la zone euro – mais pas trop – car européen tout de même.

Mam'zelle voyage accompagnée, il y a dans la compagnie un fumeur novice, Mam'zelle écrit un mail à son papa. Tu ne devrais pas bourrer comme un malade, plutôt des petites pincées. Non, malheureux, pas un briquet, des allumettes ! Place-toi plutôt dans l'encognure d'une porte qu'au milieu de la rue. En tout cas mon papa il fait comme ça…

J'imaginais si bien la scène et le malheureux garçon, une veine palpitant au front, finissant par éructer quelque chose comme  Mais arrête donc de me faire ch… avec ton paternel !  que j'ai voulu me rendre utile.

D'abord, ma toute charmante, sache qu'il n'est pas de meilleur moyen d'agacer sans recours un homme que de lui chanter les louanges de ton géniteur – jeunes ou moins jeunes gens, il en va de même avec votre irremplaçable mère (personne, cela dit, ne fait d'aussi bonnes pommes de terre sautées que ma môman). Mais, puisque je te l'ai déjà expliqué, j'en infère que tu ne comptes pas envoûter le fumeux jeune homme. Euh, là, mon papa joli, tu pousses un peu. Oh ? Brhhoumm… admettons et revenons aux choses sérieuses.


Cher novice plein de bonne volonté, sache d'abord que fumer la pipe est une habitude détestable, malsaine, mauvaise pour la santé (ceci pour me dédouaner) et fort agréable (ceci pour être sincère).

Sache ensuite que le premier piège réside dans le vocabulaire.  Bourrer  évoque un remplissage compact, de  bourrer  on passe vite à  boucher  et donc à l'infumable. Aussi parlerons-nous simplement de  remplir  ce cher fourneau – ce qui ne nous dit pas encore comment procéder. Il faut rendre à Mam'zelle cette justice qu'elle sait observer : en effet, commence par une simple pincée de tabac, que tu laisses tomber au fond du fourneau sans la tasser. Puis une autre, encore une autre… jusqu'au bord du fourneau. Il ne t'échappe pas que la pipe est peu remplie ? Très juste, aussi rajoutes-tu une autre pincée en tassant du bout de l'index, juste de quoi arriver au bord du fourneau. Puis une autre, encore une autre… Quel est le test d'arrêt ? Tire sur ta pipe en cours de remplissage – garde l'air sérieux, ici se créent les réputations d'homme grave et réfléchi – et arrête-toi lorsqu'elle résiste à peine plus qu'une cigarette (je suppose que tu as déjà pratiqué).

Je te sais physicien, tu comprends donc que tu as établi dans le fourneau un gradient vertical de compacité (ou de porosité) de la charge fumable (pour les non-physiciens : c'est plus tassé en haut qu'en bas, voilà tout). L'intérêt de cette disposition t'apparaîtra dans l'étape suivante.

Qui consiste à allumer la pipe. Mam'zelle a ici encore raison (elle est agaçante, crois que je le sais depuis plus longtemps que toi) : pas de briquet, autant que possible. Il y a là de quoi faire chauffer le bois (ou l'écume si tu es fortuné) et cela est un gros péché. Opte donc pour une allumette (je te conseille au passage de les acheter en grosses boîtes de cuisine, quitte à garnir indéfiniment la même petite boîte que tu traîneras dans ta poche). Allume le petit bout de peuplier soufré, laisse la flamme se développer et place-la au-dessus du tabac, mais non à son contact. Aspire : merveille, la flamme descend sur le tabac et l'allume. Promène la flamme au-dessus du fourneau et tire à nouveau, de façon à établir un lit de braise sur toute la surface du tabac ou presque. Si des enfants sont par là, ils diront que  tu fais la locomotive  et te trouveront très sympathique, surtout si tu les embauches pour souffler l'allumette au lieu de te brûler les doigts. Ici se créent les réputations d'homme simple et accessible. Bien sûr, évite de toucher le bois (ou l'écume) tandis que tu allumes le tabac. Mesures-tu mieux l'inqualifiable brutalité d'un allumage au briquet ? Pouah ! Procédé de gougnafier, péché.

Tu constateras que les brins de tabac, en s'allumant, se tortillent sous l'effet d'une souffrance indicible et cherchent à s'échapper du foyer. Calme-les en les rabattant du bout de ton fidèle bourre-pipe. Tu peux les voir se tortiller en fixant des yeux le bout de la pipe. Comme tu montreras alors un strabisme convergent des plus comiques, je te recommande de ne procéder à cet examen qu'en présence de témoins fiables – donc sans témoins. Même pas moi papaaaa ? Même pas toi. Pourtant je suis TOUJOURS sage ! C'est bien ce que je voulais dire. Car ici se bousillent les réputations établies à grand-peine.

Te voilà fumant, à petites bouffées avares. À tirer trop fort tu risques de faire chauffer la pipe (t'ai-je dit que cela n'est pas bien ?), donc calme et modération : les enfants se sont lassés, inutile de faire encore la locomotive. En brûlant le tabac se transforme en cendres (quelle surprise) et réduit de volume : tasse-le donc de temps en temps, avec doigté, pour retrouver la résistance d'une cigarette. Ici apparaît l'utilité du gradient de porosité : les cendres et la condensation issues des couches supérieures du fourneau, maintenant brûlées, augmentent la compacité du fond de fourneau. Et si la pipe s'éteint ? Hé bien, tu la rallumes ! (il faut reconnaître qu'à ce stade les enfants, généralement, s'en fichent. Satanés morpions). Mieux vaut une pipe qui s'éteint qu'une pipe qui chauffe.

En procédant ainsi tu passeras entre une demi-heure et une heure de bon temps, selon la capacité de ta pipe, temps au bout duquel ne resteront dans le fourneau que des cendres fines et plus un seul brin de tabac. Vide alors le fourneau. Ne le tape pas contre la semelle de ta chaussure : c'est encore un péché. Utilise la pointe que comporte tout bourre-pipe de bonne naissance. Laisse refroidir ta pipe une vingtaine de minutes. Alors seulement tu pourras la nettoyer, sujet traité dans un autre article de cet excellent blog. Pfffff ! Toi, je ne t'ai rien demandé !

commentaires

Camlysse 10/11/2012 17:18

Ah ! merci effectivement l'avoir sous la main peut être utile !!

Bren du fat ! 18/11/2012 18:54



De rien :-)



Camlysse 02/11/2012 10:57

Merci de l'accueil ^^

Les fautes que je crains sont celles touchant aux participes passés... si le hasard a voulu que je n'en fasse point cette fois-ci il n'empêche que je trébuche souvent !
J'en conviens, une dizaine de minute en tête à tête avec mon Bescherelle éteindrai mes angoisses !
Mais je ne pourrais alors plus rejeter la faute sur l’Éducation nationale, qui en plus d'être un mammouth budgétaire est également parfait bouc émissaire :D

Bren du fat ! 08/11/2012 14:42



Ce site vous intéressera peut-être, alors : Grammaire Reverso ;-)



Camlysse 31/10/2012 00:54

Bonsoir !

J'ai découvert votre blog par cet article, et je dois l'admettre ce fut une belle rencontre !
N'ayant pas le temps de lire l'ensemble de vos archives ce soir je compte bien revenir parcourir vos pages.
En effet hormis les conseils techniques relatifs aux langages de développeurs, la dizaine d'articles parcourus, de l'avant du métro au temps qui passe dans les yeux des jeunes filles en passant par
la forteresse de Bercy, la dizaine d'articles parcourus m'a sainement intéressée et donnée envie d'en apprendre plus !

Pardonnez les fautes, je n'ai entamé mon combat contre l’Éducation Nationale et son laxisme concernant la syntaxe, la grammaire, la conjugaison, l’orthographe et plus généralement la langue
française que très récemment...

Au plaisir de vous lire sur ce blog !

Malgré tout 01/11/2012 10:41



Hééé ben ! Bienvenue :)


(PS : fautes ? où ça ?)



Christina 26/10/2011 23:55


Bonsoir
Eh oui, le fan-club s'inquiète.
Devons-nous lancer une pétition pour vous faire sortir de la tanière ?
(je peux causer, chuis mal placée, oui je sais...)
Je vous embrasse
Ch


Bren du fat ! 28/10/2011 17:40



Nan, no péticheune rikwaïeurd !


Z'avez de la chance : il pleut et mon fan-club de nonagénaires n'a, semble-t-il, rien prévu pour cette fin de semaine. Pour peu que (prions) je secoue ma flemme et (brûlons un cierge)
surmonte ma brillante désorganisation... (réflexion faite, plutôt une allumette qu'un cierge : les gouttes de cire dans le tabac, c'est moyen-faible...) :-)


Bon allez zou haut les coeurs : m'en vais vous produire un entrefilet, pour commencer.


 



Anna 19/10/2011 17:15


Je m'inquiétais, mais je vois que si le blog est en sommeil, le blogueur veille encore ! J'attends ton prochain billet de pied ferme. :-)


Bren du fat ! 21/10/2011 18:08



Hé... ne rienproduir,c'est terriblement absorbant ! (secoue ta flemmee, mon grand, ça grogne dans la caserne)



Booba le chat 15/10/2011 02:05


bon,j'veux pas dire, mais plus d'article depuis trois mois...Je sais bien que das la vie il faut savoir ce faire désirer, mais entre nous t'as pas besoin de ça :D

Hop hop hop on donne des (bonnes) nouvelles à son fan club!


Bren du fat ! 15/10/2011 18:38



T'as raison Léon, c'est une honte ! M'en vais mettre de côté une monstrueuse retouche de photos (11 images assemblées !) et vous pondre kékchoze. Tiens, je devrais peut-être faire une
niouzeletteur ... Comment ça marche, ça, déjà ? ;-)



Denis 25/07/2011 22:14


Hello mon cher Bren du Fat,
Pour info, je n'ai pas refais mon rêve de pipe.

C'est grave docteur ?


Malgré tout 27/07/2011 16:39



Inquiétant, au minimum. Mwahahahahaaaa !



Anna 25/07/2011 16:42


La "mèche à nettoyer les pipes" ? Tu n'appellerais pas ça un cure-pipe, plus simplement ? ;-)


Malgré tout 27/07/2011 16:39



Ahhhh... la terminologie est flottante ! "Cure-pipe" désigne aussi, souvent, le petit canif de fumeur qui combine un bourre-pipe, une pointe (au minimum), une petite lame pour gratter le culot
quand il devient trop épais, et parfois une lime à ongles. Quant à la mèche, la plupart des buralistes comprennent le terme "nettoie-pipes" mais d'autres ne réagissent que si on leur parle de
"chenillettes". Va donc t'y retrouver !



Scribe 22/07/2011 22:09


En voilà un article fort intéressant, en plus d'être fort bien écrit (et fort salvateur, qui plus est, en ces temps où l'on casse les pieds aux fumeurs pour qu'ils s'en aillent fumer dehors, sous
la pluie drue de juillet, et hors du périmètre de survie de nos chères têtes blondes qui pourraient à la simple vue d'un mégot ou à l'effleurement narinaire d'une volute, succomber d'un cancer du
poumon (car de nos jours, les gosses, c'est fragile, c'est plus fabriqué comme dans le temps avec des genoux qui pouvaient s'écorcher). Je n'ai jamais fumé de ma vie, mais merde, laissez les gens
libres, faut bien mourir de quelque chose).
Aparté écarté, je dois avouer que fumer la pipe apporte tout de suite un supplément de classe indéniable que ne confère pas la vulgaire cigarette. Le partage du savoir millénaire de l'art du
bourrage de pipe avec nous autres incultes est d'autant plus précieux que les fumeurs de pipe se font rares, en croiser un relève souvent de l’évènement. Un jour peut-être, on racontera au coin du
feu à ses petits-enfants : "Vois-tu mon garçon, un beau jour de juillet 2011, j'ai croisé un fumeur de pipe." Et les mioches nous regarderons avec des yeux brillants de curiosité devant cette
espèce disparue qu'on ne voit plus que dans les musées, entre un dodo empaillé et un squelette de tricératops.
Merci d'avoir contribué un peu plus longtemps à perpétuer l'espèce.


Malgré tout 23/07/2011 16:27



Splendide commentaire... Les minots ne sauront pas tout ce qu'ils ont perdu, car je n'ai pas fait mention de la mèche à nettoyer les pipes !


Neuve, c'est un merveilleux passe-temps pour nains, surtout dans la version multicolore : ça se tortille et détortille jusqu'à plus soif, on fait des bonshommes, des chiens et des clés de sol.


Usagée, c'est un merveilleux repoussoir à nains, car ça pue le jus de chique.


Mais la mèche à pipe, évocatrice de plaisirs corrosifs, ne peut qu'être bannie par les parents responsables. Lesquels, soucieux du développement cérébral de leur progéniture, iront acheter
la même chose en un peu plus grand et beaucoup plus cher chez Rougier & Plé ou consorts. Ah les cons !


Bon, où ai-je fourré cette boîte d'allumettes ?



sagan33 22/07/2011 21:21


Bourrer une pipe, dire plutot "fumer une bonne pipe", ça me rappelle des odeurs de famille, il fumait sa pipe ou la bourrait...
Figuré ou propre là est la question !
bonne soirée Bren ? Est-ce bien le nom.
Nicotinement votre. (Je n'arrive pas à placer le petit chapeau sur ce linux).


Malgré tout 23/07/2011 16:20



Allons, allons.. Nous voila en plein domaine freudo-lacono-océan (j'adore ce jeu de mots vaseux) : après avoir bourré sa pipe, le fumeur veut que ça tire/satyre juste ce qu'il faut, c'est ça ????
Tsk, tsk, tsk !



Archives