Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 01:04

Ciel et eau : la combinaison marche à tous les coups, la preuve.

Le bassin de l'Arsenal (Paris IV)

Essayez donc en 900 pixels de largeur.

En 600 pixels c'est moins encombrant.

Cette eau si calme n'est pas la Seine mais le Bassin de l'Arsenal. La photo est prise depuis le quai du métro Bastille, ligne 1, à travers une vitre – ce qui explique le graffiti à droite.

Au bout du bassin, loin devant nous, on rejoint la Seine par une écluse. De notre côté, et sous nos pieds, commence le canal Saint-Martin. Il passe sous la place de la Bastille, puis sous le boulevard Richard-Lenoir avant de déboucher à l'air libre et, une écluse après l'autre, de rejoindre la Villette puis le canal de l'Ourcq. Deux compagnies proposent des promenades en bateau, je vous recommande (publicité gratuite)  Paris-Canal  qui vous embarque sur de petits bateaux, de vrais bateaux, plutôt que des promène-couillons industriels. Offrez-vous une demi-journée de balade lente et paisible un jour de beau temps, vous vous en souviendrez longtemps. Vous aurez, en prime, droit à un tour sur la Seine façon bateaux-mouches. Que demande le peuple ?

Peut-être de savoir ce que ce bassin fabrique ici ? Il faut, une fois encore, rajeunir de quelques siècles. Jusqu'au règne de Louis XIV on se trouve ici à une limite de la ville : Paris à droite, protégé par l'enceinte de Charles V, le faubourg Saint-Antoine à gauche. La Bastille dessine sa peu amène silhouette juste derrière nous, à droite. En venant du centre de Paris par la ligne 1, et avec un peu de chance, vous apercevrez dans le tunnel du métro la niche éclairée marquant l'emplacement des fondations de la tour de la Liberté (si, si, c'est son vrai nom !). Ce bassin n'est donc, au départ, que le fossé creusé au pied d'un mur d'enceinte. Le mur de Charles V a disparu depuis un moment, celui qu'on voit derrière les bateaux, à droite, est beaucoup plus récent : Henri II, pfou !

Et l'Arsenal, dans tout ça ? Remettons en place le mur de Charles V et allons au bout du bassin, le long du quai de droite – côté Paris, donc.

Au bout de ce quai le boulevard Morland n'est pas encore un boulevard mais un bras de la Seine, baignant l'île Louviers. Ne la cherchez pas sur un plan d'aujourd'hui, elle fait partie de la rive droite depuis qu'on a comblé le bras et créé le boulevard, en 1843. Mais, rappelez-vous, nous sommes très jeunes et le mur d'enceinte est toujours là, ainsi que le bras de Seine. En 1512 (non, là je n'étais pas né, on m'a raconté l'histoire) en 1512 la ville de Paris édifie au bord de l'eau une  grange  pour y fondre des canons et forger des fusils. On stocke la poudre à côté, dans la tour de Billy (une des tours de l'enceinte) et voilà l'Arsenal. En 1594 boum la tour et reconstruction de l'Arsenal, en plus cossu : y loge désormais le grand Maître de l'Artillerie qui n'est pas un mince personnage. Sully occupa la charge et l'adresse, plus tard le duc du Maine, bâtard préféré de Louis XIV, en fit autant. Quant aux poudres, on décide prudemment de les stocker en rase campagne sur la rive gauche, à la Salpêtrière.

Un autre successeur est sympathique : le marquis de Paulmy d'Argenson crée là, en 1757, une bibliothèque très fournie, noyau de l'actuelle bibliothèque de l'Arsenal. Cette bibliothèque lui sera rachetée en 1785 par le comte d'Artois, un des frères de Louis XVI.

Le Génie de la Bastille

Et alors ?

Alors ce frangin, aussi à l'origine du château de Bagatelle, montera plus tard sur le trône sous le nom de Charles X, trône dont il sera délogé en 1830 par les trois journées d'émeutes de juillet connues sous le nom de  Trois Glorieuses , journées dont le souvenir est perpétué par la colonne de la Bastille et son Génie, dressée juste derrière nous sur la place de la Bastille : le monde est tout petit et je ne sais pourquoi la caméra de surveillance, au pied du Génie, me semble relever d'un humour assez noir. En faisant la promenade en bateau évoquée plus haut vous passerez sous cette colonne et verrez l'ossuaire aménagé dans ses fondations : les 504 victimes de 1830 y reposent, rejointes plus tard par les 196 morts de la révolution de 1848. 700 macchabées sous le pavé : le faubourg Saint-Antoine n'a pas toujours été un quartier calme…

Le Bassin n'a pas toujours été non plus le joli port de plaisance actuel, dont je crois que les anneaux ne sont pas bon marché. Cette transformation date des années 1980 et accompagne la boboïsation du quartier et la mort de la Bastoche. J'en ai connu les derniers soubresauts : le quai de gauche servait de stock à un négociant en sanitaires, je me rappelle avoir aperçu, du métro, des rangées infinies de cuvettes de WC flambant neuves. O tempora…

commentaires

La Mante 01/02/2011 13:22


Roooo l'excuse à deux balles.
Bren du fat, il faut créer une adresse sur la poste.net. Pas de configuration sur votre ordinateur. Pas de risque d'embrouilles de clavier...


Bren du fat ! 01/02/2011 16:53



Valà valà, c'est réglé...



La Mante 31/01/2011 14:17


rien à voir mais je crois que la Bastille a vu le premier magasin Fn.. fermer
comme Ivry Grand Ciel a vu le premier Déca**** mettre la clé sous la porte.

Bon on s'en fout

Merci pour ce passage historique tout de même bien plus intéressant que mes élucubrations.


Malgré tout 01/02/2011 13:02



Je confirme pour le magasin de la Fédération Nationale d'Achat des Cadres (oui, ça voulait dire ça, au départ). Pour le Marathon d'Ivry je ne sais pas. Mais il est vrai qu'on n'a pas posé de
plaque commémorative à l'une ou l'autre adresse :-)


Le passage historique emprunte beaucoup, soyons honnête, à Jacques Hillairet, le saint patron des amateurs de vieux trucs parisiens.


Rien à voir : j'aurais bien laissé un commentaire sur http://lamantedevoreleslivres.blogspot.com/ mais, faute d'un compte gmail ou autre, pas moyen de laisser une simple adresse email ou l'url
d'ici. C'est un club privé ou (inclusif) je suis très maladroit ? ? :-D


 



Anna 28/01/2011 10:47


O mores. ;-)
Merci pour les photos et l'histoire !


Malgré tout 29/01/2011 14:35



De rien :-) Ce coin est intéressant à "lire" parce qu'il rassemble dans sa disposition les traces de plusieurs époques sans qu'elles s'imposent toujours avec évidence. J'ai tenté d'éplucher le
mille-feuilles aussi délicatement que possible, ce n'est pas toujours facile !



Archives