Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 14:24

Voilà un sujet bien ingrat : une usine la nuit, un pont du XIXe siècle, briques et moëllons sans recherche décorative … bof, non ? On a déjà vu plus glamour.

Pont National et usine de chauffage d'Ivry vus du quai de Bercy (Paris XII)
big photo 1200 pixels.

On se trouve ici à l'entrée de Paris ; sur ce pont passent les boulevards des Maréchaux, ensuite viennent le périphérique puis la banlieue Sud-Est : Ivry sur la rive gauche (à droite ! ) et Charenton sur la droite (à gauche …), en contrebas du bois de Vincennes. Comme toujours en banlieue ce sont de très vieux peuplements – le suffixe -y si fréquent dans les noms de lieux en Île-de-France et ailleurs est un vestige du suffixe latin -iacum. Vestige parfois authentique et parfois rajouté par des copistes médiévaux croyant bien faire :  Pateliny  dérive de Pateliniacum, simplement le domaine agricole, la villa, d'un certain Patelinus, peut-être un ancien légionnaire à qui Rome avait attribué un lot de terre en remerciement de ses services. Autour de ce noyau s'est formé un petit village vendant au fil des siècles ses produits en ville, petit village tranquille au milieu des champs jusqu'à ce que la croissance de Paris vienne tout noyer sous les constructions. Il n'en reste pas moins que tous ces coins conservent souvent de minuscules centres historiques au charme inattendu : maisons du XVIIIe siècle ou plus anciennes, rues tortueuses et petite église pour carte postale.

Pas ici : un paysan prudent ne construit pas sa maison au bord d'une Seine longtemps encline à déborder sans trop prévenir. Ici c'étaient des cultures ou des herbes folles, les siècles récents ont bâti sans se gêner, seulement mûs par leurs besoins. L'usine est de chauffage urbain et le panache n'est que de vapeur d'eau – un nuage. Un nuage artificiel, plus ou moins épais selon la météo, toujours là, immense et changeant : l'haleine d'une ville …

Pour prendre cette photo il faut qu'une curiosité pathologique vous pousse à traverser le flux de voitures du quai, tout droit issu de l'autoroute de l'Est, pour rejoindre une bande de macadam coincée entre voitures et fleuve. Ce précaire abri pour piétons et cyclistes vous fera marcher jusqu'à Charenton sans pouvoir en sortir avant, et vous n'y croiserez pas grand-monde : l'aventure toute pure.

Le paysage est brutal ; je ne dirais pas qu'il est beau, pittoresque ni apaisant. Le tête-à-tête avec ces forces crues et organisées : la nuit, les lumières, le bruit, le vent, la vapeur et le fleuve ne manque pourtant pas de saisir le spectateur sans préjugés. La grande photo vous le fera peut-être sentir…?

par Malgré tout - dans Prétextes
commenter cet article

commentaires

Rolvel 18/05/2009 23:02

C'est une vrai plaie à emprunter en vélo ou en rollers en ce moment.
Le trottoir est neutralisé, on passe sur une seule file et ça double très près et trop vite... Aucune envie de s'y attarder!
Cette vue nocturne trés contrastée arriverait presque à lui rendre un peu de son charme (à mes yeux).
@ plus!

Malgré tout 18/05/2009 23:06


Je n'ai jamais dit qu'il fallait passer dessus ! ;)


Roberto 14/05/2009 04:49

La photo est superbe. Et je ne peux m'empêcher de penser à Marquet ou Monet.
Ces fumées (vapeurs) c'est le travail des hommes, c'est la ville qui palpite ("C'est beau une ville la nuit"), qui met en vie un ciel triste et plat. Et j'aime bien la curiosité distanciée du photographe !

Malgré tout 14/05/2009 21:05


Tu as des comparaisons flatteuses mais écrasantes...
Tout bien réfléchi : je prends ! Sans être au niveau de ces deux-là je m'en suis certainement souvenu. Le panache de vapeur est bien le personnage central du spectacle, le seul élément au
comportement imprévisible, le seul qui puisse changer de forme et de direction d'un moment à l'autre.


Ardalia 11/05/2009 18:14

le paysage pas beau, la photo laid, tout se tient... ;)

"Croyant bien faire", croyant bien faire, oui, comme le secrétaire qui mit soudainement un chapeau circonspect à trône... Tout pour la vitrine, mon pauvre, le bling-bling, déjà !

Malgré tout 12/05/2009 12:46


Ze riteurn euv ze calembour psycho-analytico-lacano-océan ! Mademoiselle, vous êtes désastreuse quand vous vous y mettez ! :-D

Bling-bling : ben oui, un ciboire et un chapelet entrechoqués faisaient déjà bling-bling... Mais ne tirons pas sur le copiste !


Anna 11/05/2009 16:39

Le paysage n'est pas beau, c'est vrai, mais ta photo l'est. (Je ne sais pas si ça a un sens, ce que je viens d'écrire...)

Malgré tout 12/05/2009 12:43


Si si, ça a un sens, et très proche de celui que je cherchais à faire passer :)


Archives