Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 13:58

Remis la main sur Marc-Aurèle : Pensées pour moi-même, belle et simple traduction de Frédérique Vervliet, Arléa 1995.

Le maître du monde connu, de l'Empire Romain au sommet de son étendue, commence son livre en recherchant tout ce qu'il doit à chacun de ses maîtres à vivre. La liste est longue et scrupuleuse.

On y trouve Fronton, son maître de rhétorique, à qui il doit  d'avoir constaté la méchanceté, la duplicité et l'hypocrisie des tyrans, ainsi que l'insensibilité de presque tous ceux que l'on nomme chez nous les patriciens .

À  son père adoptif , l'empereur Antonin, il doit bien sûr beaucoup :  la liberté laissée à ses amis de ne pas toujours partager son repas ou faire route avec lui ,  le refus des acclamations et de toute autre flatterie à son égard ,  l'effacement modeste devant ceux qui avaient acquis un savoir-faire ,  l'absence d'agitation et de nervosité ,  le fait qu'il ne prenait pas de bain à des heures indûes, n'avait pas la folie des constructions, ne chicanait pas sur la nourriture, les tissus et les couleurs des vêtements .

Pourquoi donc penser à tout ça en lisant les journaux ? Marc-Aurèle est aussi démodé que la princesse de Clèves.

commentaires

Ardalia 19/03/2009 11:56

Aujoud'hui, comme hier sans doute, on préfère le discours vertueux à l'exercice de la vertu, sans vouloir comprendre la différence...

Bren du fat ! 19/03/2009 14:39


...ce qui concerne aussi cet article, évidemment. Au moins faut-il essayer pour sauver l'honneur....


Archives