Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2008 1 12 /05 /mai /2008 12:15

L'idée de cet article est née dans le fond d'un verre de Monbazillac pris en bonne compagnie un soir dernier, dans le quartier du Louvre.


La rue du Pélican est une très ancienne petite rue du 1er arrondissement. Non loin du Louvre, parallèle à la rue Saint-Honoré, la rue de Rivoli et la Seine, elle court donc à peu près d'Est en Ouest, reliant la rue des Petits-Champs à la rue Jean-Jacques Rousseau. Cette dernière rue, avant que JJR n'y loge quelque temps pour lui laisser son nom, s'appelait rue au Plâtre : le plâtre de Montmartre passait par là et laissait des traces blanches avant d'aller embellir le Louvre – le Louvre en chantier perpétuel depuis que François 1er, en bon Valois toujours à court de pognon et pour faire avaler une hausse des impôts aux Parisiens, avait promis de revenir y résider entre deux excursions dans le Val de Loire.

Pardon, on s'éloigne.

Rue du Pélican, le retour : elle est une des dernières traces du Moyen Âge dans ce quartier continuellement remanié au fil des siècles, elle en a gardé l'étroitesse et les hautes maisons ventrues (té, pour en savoir plus sur ces maisons, vous pouvez lire ça). Je n'ai pas de photos ni de plan sous la main, j'essaierai de vous en fournir dans le prochain épisode.

Ledit prochain épisode vous donnera aussi la réponse à la question que voici : d'où vient le nom de cette rue ? Enseigne, anecdote, proximité du Louvre, autre chose ?

Toutes vos idées sont bienvenues en commentaire – si vous connaissez déjà la bonne explication, soyez assez fair-play pour ne pas gâcher mon effet…


commentaires

klari 15/05/2008 15:25

Je dois avoir une vieille édition des Commentaires de la guerre ornithologiques dans ma bibli. A moins que ce ne soit Aux Halles rien de nouveau.
Faudra que je regarde.

Bon, c'ets quoi la vraie réponse ?!

klari 13/05/2008 16:28

Chacun sait qu'il y a un nid de Pélicans sur le toit du numéro 5. D'une part, les pélicans, ça aime bien utiliser le plâtre pour consolider les nids, mais le plâtre a aussi l'avantage de coller aux coussinets des chats, les ralentissant ainsi. La sécurité des bébés pélicans est ainsi assurée.

La Seine n'étant guère éloignée, nos amis pélicans peuvent également chercher des victuailles sans avoir à parcourir de longues distances.

Bien sûr, tout ceci explique les murs ventrus: les passants (et les chats sus-mentionnés) risquent ainsi moins de se prendre des déjections en pleine gueule. plus origianl que la ù*^$)= de pigeon, certes, mais dégueulasse quand même.

Bren du fat ! 13/05/2008 20:48


Trèèèès intéressant. Moins connu est l'événement fondateur de la colonie pélicanesque, à savoir la prise de bec (pardon, pas pu résister) gigantesque avec la troupe de cigognes qui logeait là
depuis le départ des Romains.  Les z-à long bec, vaincus par  les  z-à grand bec,  allèrent  panser leurs plaies pas très loin, au sommet d'une maison proche des Halles
d'où ils pouvaient surveiller leur domaine soustrait.
Au bout de plusieurs générations un dégourdi, pensant enfin à tirer parti du voisinage cigogner, ouvrit ici la fameuse brasserie "L'Alsace aux Halles".
(vous croyez pas qu'on devrait faire un article de Wikipédia avec tout ça ?)


brendufat 13/05/2008 12:09

(pas moyen de répondre comme d'habitude, donc voilà)
------------------
rififi 1 : C'était en juillet 1535, je m'en souviens comme d'hier. Il faisait une chaleur impossible et je revois encore ce grand type (à joli nez, je confirme), pas habitué, transpirant tout ce qu'il pouvait. "Pelle, y coule !", se moquaient les gamins. Il était au bord de l'évanouissement, si près du bord qu'en vérité il a tourné de l'oeil très vite, il a failli comme on disait alors. "Pelle, y faut tôt !", serinaient les moutards.
Bien plus tard, deux historiens lyonnais, les frères Louis et Auguste Lumière, exhumant cette vielle comptine "Pelle y coule ! Y faut tôt !", restèrent tout pensifs. Mais ceci est une autre histoire.
---------------
rififi 2 : Gustave Vasa n'avait libéré la Suède de la domination danoise que récemment (1521) et l'on confondait peut-être encore les deux ? ?

rififi 13/05/2008 11:13

Argh... on m'aurait menti
le suédois serait danois, le Louvre serait plutôt Louvres
Tout s'écroule ! :-S
soit, l'enquête continue

rififi 13/05/2008 09:31

C'était en l'an 1534, ou 35, je ne me souviens plus.
Il était arrivé au Louvre croyant benoîtement y voir le roi et sa cour, mais évidemment il s'était cassé le nez (qu'il avait fort joli d'ailleurs). Le roi n'y logeait pas, mais au guichet on lui avait fait croire qu'il allait bientôt revenir.
Pelle le suédois a donc cherché à se loger aux alentours. Tous les jours, il se présentait au Louvre dans l'espoir d'y voir le roi. Sans succès. A tel point qu'il ne savait plus pourquoi il était venu la 1ère fois.
Je la fais courte, mais ça dura, il lui est arrivé des tas de choses, et il a fini par ne plus avoir le moindre sou.
La garde s'était lassée de lui et l'envoyait bouler. jusqu'à ce jour où ils s'en étaient violemment pris à lui et l'avaient poursuivit dans les rues derrière le Louvre. Il s'y était perdu et traînait d'un coin à l'autre. Mais les gens à l'époque n'aimaient pas les étranger, surtout ceux qui restaient plantés devant les échoppes l'air interrogateur et le verbe muet.
Il allait droit vers le ennuis à se rythme là, quand il vit un groupe d'homme qui jouaient au triquet. Pour une fois qu'il connaissait, il s'intéressa à la partie. Tellement qu'il en fit partie, hélas pour lui.
L'enfer du jeu l'attendait à la porte qu'il franchit [c'est beau hein ?! ;-p]
Des mois entiers il resta dans le quartier, on avait fini par se faire à lui, il s'était installé sous une tente dans un coin, il se rendait utile auprès du cantonnier.
Un jour, des messieurs de la Suède sont venus, Pelle était bien misérable ils ne l'ont pas reconnu.
"Allez au bout de la rue, Pelle y campe" ont leur a dit. "Péllican' ?" ils ont rétorqué, ça a bien fait marrer les gars du chantier du Louvre, et c'est resté.
On n'allait plus jouer avec Pelle, on allait chez l'Pellican. Par habitude on a dit c'est la rue du Pellican.
Ce n'est que bien des années plus tard, sous Henri IV peut-être, que par soucis d'urbanisation des lieux autour du Louvre, redevenu chateau royal, la rue a gardé officiellement son nom officieux, la rue du Pélican.
(sources : journal des lieux de perdition - édition 1789 - introuvable)

voilà, toute autre histoire n'est qu'invention ;o))

Roberto 12/05/2008 19:44

J'opte moi aussi pour la piste québecoise. ce que l'on lit en tapant "rue du pélican" sur Google a l'air bien fantasque...

PS, avec retard: finalement ce fut un Sauvignon. Pas au Cadran, trop plein de soiffards, mais au Voltaire. Car trouver un bon Côtes (du Rhône, ma région) chez nos amis bistroquets de Paris relève de l'exploit.

Malgré tout 12/05/2008 20:09


Argh ! Google = anti-jeu ! NE CHERCHEZ PAS SUR GOOGLE, vous autres !
Un bon Côtes du Rhône en bistro est en effet chose rare. Mais peut-être qu'en creusant la question ?


DBardel 12/05/2008 18:26

Bon très bien, puisque tout le monde est contre moi je lâche le morceau.

En fait, en ce temps-là, il faisait très très chaud. Et il y a un car de touristes canadiens qui est venu écouter un groupe québécois en concert devant la pyramide du Louvre.

Alors là j'entends déjà ceux qui croyent savoir qui disent "ouais n'importe quoi, au Moyen Âge (sans tiret, Brendu, sans tiret) y'avait pas de québécois ni de pyramide."

Erreur ! C'étaient des Indiens d'origine, et ce que tout le monde ignore c'est que le Louvre est bâti sur les anciennes fondations d'une base d'atterrissage pour les vaisseaux goa'ould. Alors quand on sait pas on dit rien. D'abord.

Donc il faisait très chaud et les Québécois avaient du mal à supporter. Ils se lamentaient en se demandant quand le froid allait enfin arriver. "Y pèle quand ?", se demandaient-ils sans arrêt.

Voilà. C'est dans cette rue que ça s'est passé parce que c'est là que leur car est tombé en rade. Imaginez, en plein cagnard, un plein autobus de Canadiens. L'Histoire a oublié que c'était ici qu'avait eu lieu l'une des plus grandes catastrophes humanitaires de la capitale liées aux variations climatiques.

C'est pour ça que j'ai recommandé d'éloigner les enfants. Parce que 50 Québécois faisandés dans un car, franchement, ça doit faire peur...

DB_vous_n'avez_quand_même_pas_cru_
que_c'était_parce_qu'il_y_avait_un_truc_cochon ?

Malgré tout 12/05/2008 18:38


Tudieu, l'a fait chaud dans ton coin ! Pour le Moyen Âge, tu as raison - m'en occupe.
Pour l'explication : gargl, comment le savais-tu ? :D


Malgré tout qui va blacklister DB 12/05/2008 18:17

C'est vrai Djac, j'avais remarqué. C'est parce que son site n'est pas aussi beau que le mien, il y en a pour qui c'est dur à vivre.

Djac baweur 12/05/2008 18:15

Laisse faire, Brendu, c'est une truffe. Même chez moi elle raconte n'importe quoi.

Malgré tout 12/05/2008 18:13

Mais nom d'une pipe DB t''as pas fini de troller mon blog ?

Archives