Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2008 2 22 /04 /avril /2008 14:47

Article purement anecdotique, garanti sans colorant ni explications de JavaScript.


Après avoir montré mon étincelant sourire à une accorte praticienne qui en avait vu beaucoup d'autres, je sortis du cabinet avec en poche une photo dudit sourire. Très jolie et très fidèle photo artistique en noir et blanc ; pour trente euros (une misère) tout était là, y compris les métaux précieux thésaurisés dès ma folle jeunesse – avec un tel gisement, ça peut bien étinceler.

Bref : je venais de me faire faire une radio panoramique des dents, prélude à de vastes travaux odontologiques. Cela vous est, je l'espère, totalement équipotentiel.

Le principal intérêt de l'exercice était de m'avoir transplanté dans un quartier où je n'ai pas mes habitudes. Le beau temps et le simple plaisir d'être en vie m'incitèrent à rentrer à pied.

Quelle imprudence… Satan guettait sur le chemin.

Il guettait d'abord, bien naturellement, sur le boulevard Voltaire.

Sur le boulevard Voltaire il y avait des caisses.

Des caisses de vin de Bordeaux.

Posées ouvertes sur des tables.

Des caisses vides.

Presque.

Vides de vin.

Mais pleines de livres.

Pas chers.

Pas chers du tout, des livres d'occasion.

Et derrière les tables placées sous les caisses, il y avait la librairie.

Une grotte à bouquins comme je les aime, voyez plutôt :

Librairie Bd Voltaire (Paris XI) Librairie Bd Voltaire (Paris XI) Librairie Bd Voltaire (Paris XI) Librairie Bd Voltaire (Paris XI)

La vue complète (2100 pixels)

Pour revenir à la vue normale.

Rude épreuve dont je ne pouvais sortir indemne. Désormais lesté d'un sac de livres, il me restait à choir une deuxième fois.

N'y avait-il donc pas dans les environs une boutique fort sympathique ?

Une boutique sans livres, sans caisses sur le trottoir, mais pas sans vin :

Deuxième épreuve, deuxième chute (caves Bernard, 65 rue de Montreuil, Paris XI). Au sac de livres venaient de s'ajouter cinq litres de Bourgogne Grand Ordinaire. Fière modestie, j'aime bien la façon dont les Bourguignons parlent de leur vin : ils ne font ni des domaines, ni des châteaux, simplement du vin  ordinaire  s'il ne mérite pas le nom de leur village. Lorsqu'ils lâchent  il est bon , tout est dit.

Le salut était proche, je retrouvais mes terres, cette rue intime, quasi campagnarde – quasi : un village où les maisons ont six étages n'est pas un hameau, c'est un quartier de Paris.

La rue offre sa pente traîtresse, ses arbres et son tracé négligent juste à côté d'un boulevard tiré au cordeau. Si je ne me suis pas trompé en regardant de vieux plans, elle occupe le lit d'un ancien ruisseau qui doit couler toujours, devenu égoût.

Il s'y trouve une boulangerie. Entré pour un honnête pain de campagne, il était dit que je cherrai une troisième fois.

Vade retro ! Mais tu prendras bien un petit sachet de guimauves ? De la guimauve maison ? Aujourd'hui c'est cassis. Mmmh ? Mgnioum !

commentaires

Ardalia 02/05/2008 17:58

@Dominique, tu pourrais répondre, d'un, de deux, tar tes fesses à la récré la prochaine fois que tu viens à troulost sans que nous nous vissions. Non mais sans blague.

@Brendufat, oh ben si on peut plus rire.

Malgré tout 02/05/2008 22:02


mais si mais si, on peut. Délicieuses créatures de blanc vêtues, gambadez parmi les bouquins, esbaudissez vous, que tout ne soit que jeux et ris !

(ouhhhhhh, il est nettement l'heure d'aller au dodo, là)


DBardel 30/04/2008 23:33

Ardalia (s'cuse Brendu, je cause ENCORE avec Ardalia, y'en a pas pour longtemps) : je ne répondrai même pas, tiens. J'ignorerai cette perfide tentative de tentation diabolique. D'abord la rue des Lois je connais pas. La rue Gambetta non plus. Je connais pas. Ombres blanches et Terra Nova ça existe même pas. Les magasins de musique juste à côté non plus. Tout ceci n'est que chimères.

C'est bon, Brendu, j'ai fini ! ;-)

DB_j'irai_pas_j'irai_pas_j'irai..._vendredi.

Malgré tout 02/05/2008 21:47


--chais pas pourquoi ma réponse a disparu ? du coup, la protestation ardaliesque ci-dessous tombe à plat, ça me désoooooole !


Ardalia 30/04/2008 20:25

La guimauve, c'est bon pour les travaux odontologiques, ça.
Ma foi, un bon bordeaux avec un brie venu à pieds, pourquoi pas?

@Dominique, tu veux parler de "L'ami des livres" rue des lois? hmm? ;-p

Malgré tout 30/04/2008 22:11


Avec un Brie ? Outre que je ne suis pas très porté sur le Brie, j'aurais plutôt vu un bon Beaujolais - m'enfin, goûts et couleurs, tout ça tout ça.
La guimauve en question (et j'ignore tes sous-entendus fielleux), faudra que je te la fasse goûter : elle fond dans le bec, rien à voir avec la pâte à prendre les empreintes que fabriquent les
industriels. Tu vas voir, tu vas voir !
L'ami des livres ? Jeeee note, à tout hasard :-)


Djac Baweur 27/04/2008 17:31

Bah bah bah, laiiiiisse donc les pinarophobes dans leur coin, ça nous en fera plus. Ha ouais parce que moi, je suis preneur...

(du bon pain qui croustille, une terrine de canard du marché, et du Bourgogne, franchement, pourquoi y'a-t-il encore des gens qui pensent trouver le bonheur en allant aux Seychelles à bouffer du caviar à la louche ? D'ailleurs, comme on le sait, c'est pas meilleur à la louche...)

Malgré tout 27/04/2008 21:50


Ou encore un foie de canard et un peu de Loupiac.
Ou un magret (un vrai, le maigre du canard gras) et un honnête Buzet.
Ou des aiguillettes avé des champignons à la crème maison et carrément un Gigondas ?
Allez zou, les hydrophiles aux Seychelles !


mebahel 25/04/2008 20:46

Ha ça... c'est au ras des grappes hein.. surtout que je n'en avais point, des cors.
Coruscant, toi même, va.
:-)

Malgré tout 27/04/2008 21:45


Coruscant... du coup j'ai replongé dans le dico, vérifier le sens exact de ce terme pourtant bien banal.
Bon, ça va, ç'aurait pu être bien pire :-)


mebahel 22/04/2008 17:30

"Le pinard, j'm'en fous. Je n'en bois jamais jamais, ça pue ça tache et c'est même pas bon."
Voilà ,je peux pas dire mieux.
Bon courage pour les quenottes.. j'en ai des souvenirs éprouvants.
Et bonnes lectures :-)

Malgré tout 22/04/2008 20:48


"L'absorption quotidienne et modérée de vin de Bourgogne prévient la formation des cors aux pieds." Louis Pasteur.


C'est bas, je l'admets, c'est très bas.
Tu préférerais peut-être une 'tite prune ?


DBardel 22/04/2008 16:45

N'est-il pas dit que tu cherrais, plutôt ?

Bah... Je dis ça parce que je suis super-jalouse. Le pinard, j'm'en fous. Je n'en bois jamais jamais, ça pue ça tache et c'est même pas bon. Mais la grotte à bouquins... Misèèèère... Remarque, il y en a, à Toulouse. Mais c'est loin, pas moyen d'y aller à pied. Donc d'une part je suis à l'abri du danger, mais d'autre part je hais les pourris qui peuvent accidentellement tomber dans ce genre de piège.

Parce que moi j'peux pas.
C'est dégueulasse.

DB_la_vie_est_mal_faite_quand_même.

PS : j'espère que t'as très très mal aux dents, na.

Malgré tout 22/04/2008 17:01


Il était dit, en vérité, que je cherrai tel une bobinette éthylique. Merci de l'avoir relevé, m'en vais corriger la chose. :)
Le pinard : tu m'affliges. Si si si, moi y en a tout très déçu beaucoup.
Bouquins : ah ben ma pov'dame, c'est ça la vie au grand air, hein. T'as des fleurs et des zoziaux, la verte nature, tooouuuut çaaaaa. Pov'citadin pollué, je me console avec ce que je peux.
Mes ratiches sont de bonne compagnie, merci pour elles (gnégnégné).


Archives